Born in 1963, the Porsche 911 has become a legend. And while it may still look similar, it's actually come a long way...

901

Porsche 911 (901)
1963-1973

La première version, alors appelée 901, a été présentée en 1963 lors du Salon de l’automobile de Francfort. Dotée d’un faux moteur, non opérationnel, elle ne présentait que deux cadrans sur son tableau de bord, au lieu des cinq caractéristiques qui seront adoptés plus tard. Sa production en série a débuté en septembre 1964 et la 911 est commercialisée à partir du 16 novembre de la même année. La colonne télescopique de direction est une innovation technologique. Elle dispose alors d’un moteur six cylindres de 2,0 l développant 130 ch.

1963

912

Une variante de la 911, la 912, sort la même année. Elle est équipée du moteur 1,6 l de la 356 dont la puissance est réduite à 90 ch, concurrençant ainsi la 911 avec un prix inférieur. Ses ventes dépasseront celles de son aînée.

1966

911 S

Présentée en novembre 1966, elle est équipée d’un moteur 2,0 l de 160 ch, lui permettant d’atteindre 225 km/h. Outre des améliorations techniques, elle se différencie par des jantes Fuchs 15 pouces.

1966

Targa

La version Targa (en référence à la Targa Florio, course sicilienne où Porsche connut plusieurs succès) se caractérisait par un toit partiellement découvrable, la voiture étant surmontée par un arceau fixe.

911

Porsche 911 (911)
1973-1989

Dix ans après la première version, les ingénieurs ont procédé aux premières transformations. La « série G » ou « caisse G », deuxième génération qui se situe entre la 901 et la 964 et simplement désignée sous le nom de « 911 », a été produite de 1974 à 1989, plus longtemps que toute autre génération de 911. La série « G » se caractérise notamment par la présence de pare-chocs butoirs à soufflets noirs absorbant les impacts, une innovation conçue pour respecter les dernières normes de crash test aux États-Unis. Outre l’augmentation de la cylindrée sur toute la gamme, la protection des occupants a été améliorée par l’adoption des ceintures de sécurité à trois points comme équipement standard, ainsi que l’adoption des appuis-tête sur les sièges (sièges intégraux). La boîte de vitesses 915 est remplacée par la boîte G50.

Un des événements les plus importants dans la saga 911 a été le dévoilement en 1974 de la première Porsche 911 Turbo (type 930) avec un 3.0-litre et reconnaissable à son aileron arrière fixe. Sur une base de Porsche 911, la marque allemande a ajouté un turbo, concevant ainsi son premier véhicule de série suralimenté. Avec un moteur développant 256 ch (188 kW), la Turbo est devenue le modèle mythique de Porsche. Le bond en matière de performances s’est opéré en 1977 avec l’Intercooler qui équipait les 911 Turbo 3.3 et une puissance de sortie de 296 ch (218 kW). La Porsche 930 est aussi connue pour être particulièrement délicate à conduire. Du fait de la puissance de son moteur et du turbo lag important, le tout en propulsion, son maniement demande une certaine maîtrise. De nombreux modèles ont d’ailleurs été accidentés, ce qui explique, notamment, la rareté de ce modèle Turbo.

901

Porsche 911 (901)

1963-1973

La première version, alors appelée 901, a été présentée en 1963 lors du Salon de l’automobile de Francfort. Dotée d’un faux moteur, non opérationnel, elle ne présentait que deux cadrans sur son tableau de bord, au lieu des cinq caractéristiques qui seront adoptés plus tard. Sa production en série a débuté en septembre 1964 et la 911 est commercialisée à partir du 16 novembre de la même année. La colonne télescopique de direction est une innovation technologique. Elle dispose alors d’un moteur six cylindres de 2,0 l développant 130 ch. Une variante de la 911, la 912, sort la même année. Elle est équipée du moteur 1,6 l de la 356 dont la puissance est réduite à 90 ch, concurrençant ainsi la 911 avec un prix inférieur. Ses ventes dépasseront celles de son aînée.

La première version de la 911 a été produite pendant trois ans et a été remplacée par la 911 L (pour « Luxus ») à partir de 1967. Puis un modèle plus puissant, la 911 S, vient élargir la série. Présentée en novembre 1966, elle est équipée d’un moteur 2,0 l de 160 ch, lui permettant d’atteindre 225 km/h. Outre des améliorations techniques, elle se différencie par des jantes Fuchs 15 pouces. Équipée de carburateurs triple corps Weber, qui seront remplacés par l’injection mécanique Bosch de la 911 E dès l’année 1968, faisant passer la puissance de la 911 S de 160 à 170 ch. En 1967, est introduite la 911 T (pour « Touring »), d’une puissance de 110 ch. La gamme comporte alors quatre modèles, la 911 L, 911 T, la 911 S et la 912 avec la version Targa (en référence à la Targa Florio, course sicilienne où Porsche connut plusieurs succès) lancée en 1966 qui se caractérisait par un toit partiellement découvrable, la voiture étant surmontée par un arceau fixe (de couleur chrome à l’origine puis peint en noir par la suite). Une « bulle » de verre englobait la partie arrière de l’habitacle ou, en option, une lunette arrière pliable en plastique à zipper, appelée « softwindows ».

En 1969, tous les modèles 911 voient leur cylindrée augmentée de 2,0 l à 2,2 l, la gamme alors se compose de la 911 T (125 ch), de la 911 E (155 ch) et de la 911 S (180 ch), la 911 L disparaît des catalogues, puis la 911 passe à 2,4 l de cylindrée en 1972. Le modèle le plus puissant, la 911 S, affiche 190 ch et une pointe de vitesse d’environ 240 km/h.

1963

912

Une variante de la 911, la 912, sort la même année. Elle est équipée du moteur 1,6 l de la 356 dont la puissance est réduite à 90 ch, concurrençant ainsi la 911 avec un prix inférieur. Ses ventes dépasseront celles de son aînée.

1966

911 S

Présentée en novembre 1966, elle est équipée d’un moteur 2,0 l de 160 ch, lui permettant d’atteindre 225 km/h. Outre des améliorations techniques, elle se différencie par des jantes Fuchs 15 pouces.

1966

Targa

La version Targa (en référence à la Targa Florio, course sicilienne où Porsche connut plusieurs succès) se caractérisait par un toit partiellement découvrable, la voiture étant surmontée par un arceau fixe.

1970

Porsche 911 2.2

Porsche upped the displacement of the 911's engine in 1970 to 2.2 liters. The cars were lightened through the use of aluminum engine lids and partially aluminum bumpers.

1970

Porsche 911 2.2

Porsche upped the displacement of the 911's engine in 1970 to 2.2 liters. The cars were lightened through the use of aluminum engine lids and partially aluminum bumpers.

1970

Porsche 911 2.2

Porsche upped the displacement of the 911's engine in 1970 to 2.2 liters. The cars were lightened through the use of aluminum engine lids and partially aluminum bumpers.

Porsche 911 (911)
1973-1989

Dix ans après la première version, les ingénieurs ont procédé aux premières transformations. La « série G » ou « caisse G », deuxième génération qui se situe entre la 901 et la 964 et simplement désignée sous le nom de « 911 », a été produite de 1974 à 1989, plus longtemps que toute autre génération de 911. La série « G » se caractérise notamment par la présence de pare-chocs butoirs à soufflets noirs absorbant les impacts, une innovation conçue pour respecter les dernières normes de crash test aux États-Unis. Outre l’augmentation de la cylindrée sur toute la gamme, la protection des occupants a été améliorée par l’adoption des ceintures de sécurité à trois points comme équipement standard, ainsi que l’adoption des appuis-tête sur les sièges (sièges intégraux). La boîte de vitesses 915 est remplacée par la boîte G50.

Un des événements les plus importants dans la saga 911 a été le dévoilement en 1974 de la première Porsche 911 Turbo (type 930) avec un 3.0-litre et reconnaissable à son aileron arrière fixe. Sur une base de Porsche 911, la marque allemande a ajouté un turbo, concevant ainsi son premier véhicule de série suralimenté. Avec un moteur développant 256 ch (188 kW), la Turbo est devenue le modèle mythique de Porsche. Le bond en matière de performances s’est opéré en 1977 avec l’Intercooler qui équipait les 911 Turbo 3.3 et une puissance de sortie de 296 ch (218 kW). La Porsche 930 est aussi connue pour être particulièrement délicate à conduire. Du fait de la puissance de son moteur et du turbo lag important, le tout en propulsion, son maniement demande une certaine maîtrise. De nombreux modèles ont d’ailleurs été accidentés, ce qui explique, notamment, la rareté de ce modèle Turbo.

911

964

Porsche 911 (964)

1988–1994

Alors que les experts automobiles prévoyaient la fin imminente d’une ère, Porsche sort en 1988 la 911 Carrera 4 (pour 4 roues motrices) type 964. Après quinze ans de production, la plate-forme de la 911 a été radicalement renouvelée avec 85 % de nouveaux composants.

Son moteur boxer de 3.6-litres refroidi par air délivrait 247 ch (182 kW). Extérieurement, les 964 différaient très légèrement des modèles précédents, avec de nouveaux pare-chocs de polyuréthane aérodynamiques et un aileron arrière à ouverture automatique dès 80 km/h ou manuelle depuis la console. Les modifications étaient plus profondes, l’intérieur très différent, le nouveau modèle étant conçu pour attirer de nouveaux clients non seulement pour les performances sportives mais aussi pour le confort et la sécurité avec l’avènement de l’ABS, la direction assistée, les airbags et l’option de transmission automatique Tiptronic.

Le châssis Porsche 964 a été complètement revu avec des trains roulants en alliage léger et des ressorts hélicoïdaux qui ont remplacé la suspension de barre de torsion. En plus de la Carrera, du Cabriolet et des versions Targa, s’ajoute en 1990 la 964 Turbo. Initialement entraîné par l’éprouvé 6-cylindres, le Turbo a été mis à jour en 1992 et a évolué en 3.6-litres de 355 ch (261 kW) plus puissant. Aujourd’hui, les 964 Carrera RS, 911 Turbo S et 911 Carrera 2 Speedster sont particulièrement prisées des collectionneurs.

Porsche 911 (993)

(Mk1 de 1993-1996, Mk2 de 1996-1997)

La Porsche 993 est la quatrième génération de Porsche 911. C’est la dernière version à posséder le moteur boxer dans sa configuration d’origine, c’est-à-dire avec un refroidissement à air et à huile. Il est désormais associé à une boîte de vitesses à 6 rapports.

La 993 est officiellement présentée au public le 9 novembre 1993, le département marketing n’ayant visiblement pas choisi cette date au hasard. À cette période, le succès de ce modèle est vital pour Porsche car il est pratiquement sa seule voiture à la vente pendant quatre ans : en effet, la production des dernières Porsche 968 et 928 cessera en 1994 tandis que la 911 (996) et la Boxster ne sortiront que fin 1997. Pour le millésime 1997 — à partir de juillet 1996 donc — la boîte de vitesses de la 993 est modifiée afin de rallonger les rapports et de passer ainsi les nouvelles normes anti-pollution en vigueur. Le moteur gagne 12 ch au passage, passant ainsi à 285 ch.

Pour de nombreux porschistes, cette série 993 demeure la dernière « vraie » 911, associant le design originel de la 911 à son moteur 6-cylindres à plat produisant une sonorité particulière. Plusieurs séries sont produites, en deux ou quatre roues motrices : Carrera, Carrera 4, Carrera S (connue également sous l’appellation Carrera 2S), Carrera 4S (incluant le châssis de la Turbo), Targa (avec le toit en verre qui glisse sous la lunette arrière), la version bi-turbo (408 ch, un turbo par rangée de cylindres), la Carrera RS (en version Touring, avec un look rendant hommage à la RS 3.0l de 1974 et en version ClubSport, plus radicale et équipée d’un aileron biplan). La génération 993 a vu l’émergence du modèle GT2 (appelé à l’époque 993 GT), radicale comme la Carrera RS mais équipée de la carrosserie, du moteur et du châssis de la Turbo, mais en propulsion uniquement. Elle est reconnaissable à ses ailes rivetées.

993

996

Porsche 911 (996)

(Mk1 de 1997-2001, Mk2 de 2001-2004)

La 911 type 996, qui sort des chaînes de montage de 1997 à 2004, représente un tournant majeur dans l’histoire des 911. Elle conserve toute la personnalité et le caractère de ses aînées mais c’est en réalité une toute nouvelle voiture. Cette génération, revue sous tous ses aspects, est la première à être équipée d’un refroidissement par eau. La première génération voit sa cylindrée redescendre à 3,4 litres avec un moteur qui, grâce à ses culasses à quatre soupapes, délivre 300 ch (218 kW) et innove en matière de réduction d’émissions, de bruit et de consommation de carburant.

Le design extérieur est une réinterprétation des lignes classiques des 911, mais avec un coefficient de traînée inférieur (Cd) de 0,30. Les lignes de la face avant de la 996 Mk1, semblables à celles de la nouvelle série Boxster, ne suscitent pas l’adhésion totale du public. Pour cette raison, la version suivante, la Mk2, adopte des phares à clignotants intégrés, dont le design fait également couler beaucoup d’encre, les phares ronds des 911 étant pour beaucoup d’amateurs de la marque une référence esthétique incontournable. Porsche reviendra aux optiques « traditionnelles » avec la génération suivante (997). À l’intérieur, le conducteur bénéficie d’un nouvel habitacle, plus orienté GT et qui abandonne les cinq compteurs ronds. Les caractéristiques sportives sont conservées et le confort amélioré. Cette évolution est finalement un succès commercial en dépit des problèmes de design et de fiabilité du boxer 3,4 l qui sera réalésé en 3,6 l dès septembre 2001, gagnant 20 ch au passage.

Les Porsche 996 présente une variation de gamme complète. Dès 1999, la 996 GT3 est devenu le point culminant de la gamme, tout en préservant la tradition de la Carrera RS. La 996 GT2 est équipée de freins céramique en option.

Porsche 911 (997)

(Mk1 de 2004-2009, Mk2 de 2009-2012)

En juillet 2004, Porsche a dévoilé la nouvelle génération de 911 baptisée « 997 ». Le retour aux phares ovales avec les clignotants séparés intégrés dans le pare-choc rappelle les modèles de 911 plus anciens. La 997 possède un moteur boxer de 3.6-litres qui affiche 325 ch (236 kW) tandis que le nouveau moteur de 3.8-litres de la Carrera S développe 355 ch (261 kW).

Les châssis ont été retravaillés et la Carrera S a inauguré la Suspension Active (PASM) comme équipement de série. En 2006, Porsche a présenté la 911 Turbo. À l’automne 2008, les 997 sont dotées de l’injection directe de carburant (DFI) et de la boîte Doppelkupplung (PDK) à transmission à double embrayage. La famille 997 compte 24 déclinaisons avec les Carrera, Targa, Cabriolet, propulsion ou quatre roues motrices, Turbo, GTS, ainsi que des modèles plus adaptés au circuit.

997

991

Porsche 911 (991)

(Mk1 de 2012-2016, Mk2 de 2016-2018)

La génération 991 a été officiellement présentée le 2 septembre 2011. Elle marque une nouvelle évolution technique dans la gamme des 911.

Le châssis se différencie des générations précédentes par un empattement plus long, des voies plus larges et une monte pneumatique plus importante. Le 3,4 l de 350 ch du modèle Carrera (développant 5 ch de plus que la deuxième génération de 997 3,6 l) a une construction hybride acier/aluminium réduisant significativement le poids. Sur la phase 2 (2011-2019) le flat-six n’est plus atmosphérique mais suralimenté par 2 turbos. D’autres innovations incluent le Contrôle de Châssis Dynamique (PDCC) et la transmission manuelle à sept vitesses.

Porsche 911 (992)

MK1 2019-2022, MK2 2022-

La huitième génération de Porsche 911, la Type 992, est dévoilée en fin d’année 2018 et adopte une instrumentation numérique avec le Virtual Cockpit provenant du Groupe Volkswagen.

Si la silhouette générale ne présente pas de révolution majeure, de nombreux détails, notamment esthétiques, différencient cette voiture du modèle précédent : un capot moins arrondi, de nouveaux phares à feux de jour à LED, l’avant et l’arrière élargis, un bouclier redessiné. Les feux arrière sont plus effilés et reliés par un bandeau lumineux.

992

Porsche 911 (992)

MK1 2019-2022, MK2 2022-

La huitième génération de Porsche 911, la Type 992, est dévoilée en fin d’année 2018 et adopte une instrumentation numérique avec le Virtual Cockpit provenant du Groupe Volkswagen.

Si la silhouette générale ne présente pas de révolution majeure, de nombreux détails, notamment esthétiques, différencient cette voiture du modèle précédent : un capot moins arrondi, de nouveaux phares à feux de jour à LED, l’avant et l’arrière élargis, un bouclier redessiné. Les feux arrière sont plus effilés et reliés par un bandeau lumineux.

992

992

MK1 2019-2022, MK2 2022-

La huitième génération de Porsche 911, la Type 992, est dévoilée en fin d’année 2018 et adopte une instrumentation numérique avec le Virtual Cockpit provenant du Groupe Volkswagen.

Si la silhouette générale ne présente pas de révolution majeure, de nombreux détails, notamment esthétiques, différencient cette voiture du modèle précédent : un capot moins arrondi, de nouveaux phares à feux de jour à LED, l’avant et l’arrière élargis, un bouclier redessiné. Les feux arrière sont plus effilés et reliés par un bandeau lumineux.

992

La huitième génération de Porsche 911, la Type 992, est dévoilée en fin d’année 2018 et adopte une instrumentation numérique avec le Virtual Cockpit provenant du Groupe Volkswagen.

Si la silhouette générale ne présente pas de révolution majeure, de nombreux détails, notamment esthétiques, différencient cette voiture du modèle précédent : un capot moins arrondi, de nouveaux phares à feux de jour à LED, l’avant et l’arrière élargis, un bouclier redessiné. Les feux arrière sont plus effilés et reliés par un bandeau lumineux.